profileimage

 

 

 

 

 

 

 

  • Passeport : Ultra Trail Runner since 2005 / Global Athlete The North Face
    Winner on ultra trail race over the world : Hardrock 100, Lavaredo Ultra Trail, Transgrancanaria, STY,  Libyan Challenge…
    Also some podium : UTMB, Ultra Trail du Mont Fuji, Grand Raid de La Réunion…
  • Disease : Rhabdomyolyse
  • Origin : Intens effort + deshydratation
  • History :

Par où commencer ?

Je dois écrire un texte pour tenter de faire comprendre certaines situations de fatigue qu’un coureur d’ultra va pouvoir rencontrer et mon choix s’est porté sur la chaleur et l’humidité.

C’est pour moi devenu une problématique importante ces dernières années. En fait, je pense que j’y ai toujours était sensible et ce n’est que maintenant que je m’en rends compte. L’expérience la plus douloureuse pour moi reste la Transgrancanaria 2014. Je résume rapidement l’épreuve, les conditions, le résultat et ce que cela a pu engendrer par la suite.

Début de course de nuit, humide, avec un peu de pluie. De très bonnes conditions pour moi et je fais une grosse partie de la course en tête après un départ prudent.

Le jour se lève et le vent balaye les nuages. Tout va bien, je suis au 80ème kilomètre, il m’en reste 45. Le soleil commence à chauffer et je continue à avancer. La fin du parcours est plutôt très ouverte, très peu à l’ombre et pas de forêt.

Au 92ème kilomètre je viens de prendre un gros coup de chaud et la suite va être une dégradation progressive de mon état. Il fait 25/30°C en plein soleil et je suis sur la partie roulante avant d’attaquer la dernière descente technique et les 12 derniers kilomètres avant l’arrivée.

Mon état est de pire en pire et j’ai des moments d’absence en attaquant la dernière descente de deux kilomètres jusqu’au ravitaillement. Je l’attaque en marchant car de temps en temps, et de plus régulièrement, des absences et l’envie de m’arrêter pour dormir me laisse penser que la fin va être très dure.

Je ne fais que marcher puis progressivement je ne peux plus marcher, j’ai juste envie de dormir. Quelques coureurs des autres courses dont le parcours est commun m’aident et me motivent mais j’ai juste envie de m’arrêter. Je n’arrive plus qu’à faire quelques dizaines de mètres à chaque fois.

Je distingue après 1h30 de descente le poste de secours, mais je ne peux plus du tout marcher. Ils viennent me chercher. Un médecin est là, il me pose des questions car je ne suis plus lucide depuis pas mal de temps. On me met des claques pour rester éveillé ce qui est difficile, presque impossible.

Je suis finalement emmené à l’hôpital de Maspalomas où je vais passer 8 heures sous perfusion avant de ressortir après signature d’une décharge.

Ce jour là, en plus d’une violente déshydratation j’ai fait une rhabdomyolyse. Ce que cela a engendré est un état de fatigue sur plusieurs semaines, un état de fragilité qui tour a tour a engendré comme un effet domino la contraction d’une mononucléose qui m’a poursuivi pendant près de 11 mois.

Cette expérience met en lumière les conséquences qui peuvent être engendrées par un souci qui s’installe de manière insidieuse.